Le guide de l'accompagnement

Les différentes structures d’accompagnement

 

Typologie des acteurs de l’accompagnement

Choisir son accompagnateur

 

Il existe une multiplicité d’acteurs de l’accompagnement, qui peuvent remplir une ou plusieurs prestations d’accompagnement.

Il faut distinguer en premier lieu les accompagnateurs qui disposent d’une structure dédiée dont le cœur de métier est l’accompagnement, avec une équipe et un budget dédiés. Plusieurs types d’acteurs, publics ou privés disposent d’une structure dédiée : les pure players, (organismes créés pour accompagner les start-ups e.g.NUMA), les écoles et universités, nombreuses à créer des incubateurs (e.g. Blue Factory – ESCP Europe) oucouveuses, souvent positionnées sur la partie amont du développement de la start-up. Les grands groupes également, à travers des structures d’accompagnementcorporate créées à cet effet (e.g. UR Link au sein d’Unibail Rodamco), proposent des prestations variées,avec un vaste choix d’offres d’accompagnement tout aulong des stades de développement. Enfin, il arrive quecertains fonds de Venture Capital créent des structures dédiées d’accompagnement.

On distingue ensuite d’autres types d’acteurs, qui exercent partiellement une prestation d’accompagnement, sans que ce soit leur cœur de métier, et sans structure dédiée. C’est le cas des sociétés d’avocats ou de conseils, qui peuvent remplir une partie du rôle des accélérateurs. Les fonds de Venture Capital principalement, mais aussi des banques, fondations ou organismes philanthropiques peuvent pour leur part offrir des financements.

« La particularité d’un incubateur d’école est son intégration au sein d’un écosystème dynamique et varié : étudiants, professeurs-chercheurs, professionnels- intervenants, alumni-entrepreneurs ; les occasions d’exposer et de confronter son projet et d’être soutenu sont quotidiennes. »

  • Maëva Tordo, Blue Factory – ESCP Europe

« Traditionnellement, les clients finaux d’une business school étaient de grandes organisations qui recrutaient la plupart de nos diplômés. Notre mission était de nous assurer que nos étudiants étaient les plus efficaces possibles dans un contexte corporate. Aujourd’hui nous jouons de plus en plus un rôle d’accompagnement de la prochaine génération d’entrepreneurs : nos diplômés ne doivent pas seulement être capables de bien servir des organisations, mais de les créer ! »

  • Peter Zemsky, INSEAD

Quand la complicité entre accompagnateur et entrepreneur est optimale, les bénéficesapportés par l’accompagnateur sont évidentspour les startups qui trouvent des réponses aux problématiques qui les préoccupaient.Les entrepreneurs trouvent des interlocuteursqui ont vécu leurs problématiques et qui leurpermettent de les traiter plus rapidementgrâce à des ressources qu’ils n’ont pas eninterne.

Le gain le plus fréquemment cité dans les témoignages de startups concerne l’accès à un réseau, permis par l’accompagnateur. En partageant un espace de travail, en ayant accès aux promotions précédentes, ou à des mentors expérimentés, l’entrepreneur a la possibilité de confronter sa situation à celles de personnes qui sont passées par les mêmes difficultés. Il a ainsi l’opportunité de bénéficierde l’expérience de ses pairs, facilité par un coach de la structure d’accompagnement.

« Les structures d’accompagnementnous ont notamment adressé deux mentors qui nous ont énormément apporté. Le premier avait des compétences complémentaires aux nôtres : il nous amis le pied à l’étrier dans le domaine dufinancement et nous a confrontés à la vision d’un dirigeant. Le second nous a largement aidés à anticiper et gérer une problématique qu’il a lui-même rencontrée : le ralentissement de la croissance aprèsle pic de l’hyper croissance, avec ses conséquences complexes sur le plan business et RH. »

  • Antoine Le Conte, Cheerz

« Mon retour d’expérience est exceptionnel. Grâce aux structures d’accompagnement j’ai échangé avec des entrepreneurs de métiers différents, et ça m’a permis d’éviter de faire des erreurs énormes. L’important a été d’avoir un coach de la structure d’accompagnement qui orchestre et facilite ces réunions avec bienveillance. »

  • Bertrand Picard, Natural Grass
« J’ai particulièrement apprécié les échanges entre entrepreneurs : dans notre incubateur il y avait des entrepreneurs de tout secteur d’activité et à des niveaux de maturité différente. Chaque semaine onse réunissait tous pour faire le point surles problématiques de chaque start-up et apporter des solutions ensemble. Nousavons beaucoup appris en discutant avec les autres entrepreneurs, d’autant plus que nous étions à un stade moins avancé qu’eux. »
 
  • Johanna Pestour, Mamie Foodie

Les réponses vont bien souvent au-delà de cequi était initialement attendu et font gagner un temps précieux à la start-up…

« Grâce à l’accompagnement, en 6 mois j’ai fait un bond de 12 à 18 mois par rapport à si j’étais resté seul. »

  • Alexandre Bellity, Cleany

« Les startups à succès comme Dropbox, Stripe, Airbnb ont été accompagnées. Bien sûr il est toujours possible d’y arriver sans accompagnement, mais l’accompagnement augmente les chances de succès. Les start-ups peuvent ainsi accéder à l’expérience d’autres entrepreneurs, développer leur réseau et avoir accès à des deals spécifiques. Avec une telle concurrence, ces ressources permettent de réduire le temps et l’énergie nécessaires à bâtir un business robuste. »

  • Roxanne Varza, STATION F

… notamment en confrontant plus rapidement son idée à des clients potentiels.

« L’important c’est d’être clair surce qu’on attend de l’accompagnateur et d’être « straight to the point » avec eux. Je n’ai jamais été déçu de la prestation des accompagnateurs avec lesquels j’ai travaillé. La mise en relation avec le réseau d’entreprises et de contacts des accompagnateurs nous a permis de mieux comprendre les attentes de nos clients et nous a ainsi aidé à développer une offre adaptée à leurs besoins. »

  • Arnaud Katz, Bird Office
 

Certains accompagnateurs mettent des expertises à disposition des startups que ces dernières n’ont pas en interne, par exemple sur les domaines touchant aux fonctions support (RH, comptabilité, IT, logistique,…) oualors relatives au expertises cœurs du grandgroupe lorsqu’il s’agit d’un accompagnateurcorporate. Cela permet aux entrepreneurs debénéficier d’une expertise sur des sujets quine touchent pas forcément au cœur de leuractivité, et qui peuvent être source de pertede temps, voire de mauvais choix pénalisants pour la croissance future de la start-up. Les accompagnateurs leur apprennent comment gérer une entreprise et en être le dirigeant,ce qui est d’autant plus précieux pour des entrepreneurs qui n’ont pas des profils commerciaux mais davantage scientifiques ou techniques.

« Au-delà de toutes les formations, le plus utile pour moi a été d’obtenir un entretien individuel avec la DRH d’un grandgroupe français. A l’occasion de plusieurs session de travail, elle s’est penchée avec moi sur les problématiques RH de ma start-up et nous a donné des conseils personnalisés et concrets : comment réaliser les fiches de postes, quel niveau de rémunération pour les nouvelles recrues, quelles sont les compétences prioritaires.C’est cet accompagnement sur la dimensionRH qui nous a permis de recruter les talents dont nous avions besoin. »

  • Jean Moreau, PHENIX

« Au cours de mon accompagnement, ce que j’ai trouvé le plus positif a été au début de ma start-up, une formation de 3 mois sur les étapes à suivre pour monter une entreprise, avec des intervenants et des coaching personnalisés pour endosser le costume d’entrepreneur. Pour moi la priorité a été d’apprendre à devenir chef d’entreprise, on ne l’apprend pas au cours de ses études, surtout pour un profil scientifique comme le mien. »

  • Cyril Dupuy, Vaonis
Le guide de l'accompagnement
Télécharger le PDF