Le guide de l'accompagnement

Sur quels critères choisir sa structure ?

 

En amont du choix de l’accompagnateur, l’entrepreneur doit identifier précisément les besoins sur lesquels il souhaiterait être accompagné.

En fonction de son étape de développement (idéation, création, amorçage, scaling et expansion), les problématiques auxquelles il est exposé varient fortement, et doivent être priorisées différemment. L’entrepreneur doit recenser la totalitédes problématiques, faire le point sur l’état d’avancement de chacune, et l’état des lieux des compétences disponibles au sein de l’équipe pour les accomplir.

« Deux types de problématiques peuvent justifier un accompagnement : les problématiques pour lesquelles les compétences sont insuffisantes au sein de l’équipe, et les problématiques déterminantes pour la start-up pour lesquelles un accompagnementpermettrait de maximiser les chances de succès.

Il faut se faire accompagner sur le côté administratif (la gestion des impôts, la comptabilité, le légal), et sur les sujets RH, et ne pas focaliser l’accompagnement uniquement sur la partie business. »

  • Sandra Rey, Glowee

« Faites-vous accompagner sur vos faiblesses et au moins sur l’aspect légal. Challengez l’accompagnateur pour vérifier qu’il est capable de répondre précisément à vos propres besoins. »

  • Alexandre Bellity, Cleany
 

L’entrepreneur est maintenant en mesure de déterminer le profil d’accompagnateur pertinent : il doit trouver les accompagnateurs dont l’offre est adaptée pour répondre à ses besoins.

« Un accompagnement c’est un engagement bilatéral qui nécessite du temps, de l’énergie et des ressources, du côté accompagnateur comme du vôtre. Pour profiter pleinement d’un accompagnementet ne pas perdre votre temps, assurez-vous en amont que c’est le bon moment pour vous et votre projet, que les ressources qui pourront être mobilisées par l’accompagnateur correspondent réellement à vos besoins et que vous pouvez vous investir pour en bénéficier à 100%. »

  • Talia Sarfati, Makesense Sensecube

 

L’entrepreneur doit mettre en regard l’offre proposée par l’accompagnateur avec la contrepartie, en fonction de ce qu’il est prêt à accepter, et en gardant à l’esprit que l’allocation de capital est à concéder en dernier recours.

« Votre capital est une ressource précieuse : vérifiez bien les prestations reçues en échange des 5 à 7% de votre capital. »

  • Olivier Willi, Breega Capital

 

Privilégier les informations informelles qui circulent sur les différents accompagnateurs de l’écosystème

Au-delà du site internet et des présentations de l’accompagnateur, ou de la réputation de l’accompagnateur, l’entrepreneur doit évaluer la qualité réelle des prestations, en prenant directement contact avec la promotion précédente d’entrepreneurs. Au sein de son réseau de contacts de startups, l’entrepreneur doit privilégier les informations informelles qui circulent sur les différents accompagnateurs de l’écosystème, parmi lesquelles se partagent souvent les mauvaises expériences passées de certains entrepreneurs. Le bouche-à-oreille d’entrepreneurs a une valeur inestimable. Enfin, il faut s’assurer que l’accompagnateur propose des indicateurs qui reflètent concrètement sa création de valeur et qui sont pertinents au regard des enjeux de l’entrepreneur (nombre de clients potentiels rencontrés par mois, mise à disposition d’un expert pour des sessions particulières de travail…).

« Avant de choisir une structure d’accompagnement, je regarde systématiquement son track record de succès et je contacte les entrepreneurs qui sont passés par là. »

  • Bertrand Picard, Natural Grass

 

Transparence et bienveillance

Dans son choix d’accompagnateur, l’entrepreneur doit privilégier celui qui sera le plus à même de l’aider en toute transparence et avec bienveillance. C’est la condition sine qua non pour que l’entrepreneur puisse se fier à lui. En échange, l’entrepreneur doit faire preuve de transparence sur son projet pour bénéficier d’un accompagnement efficace.

« N’allez pas dans une structure d’accompagnement juste pour le label et n’y allez pas s’il n’y a pas de fit. »

  • Boris Golden, Partech

« Ce dont l’entrepreneur n’a pas toujours conscience c’est de son intérêt à faire preuve de transparence sur son projet, à être ouvert à la confrontation et la remise enq uestion, pour qu’il bénéficie efficacement du coaching. »

  • Maëva Tordo, Blue Factory – ESCP Europe

 

« Évitez l’accompagnement de copinage oude proximité, privilégiez un accompagnateur qui saura être honnête et donner des conseils avisés, dans l’intérêt de la start-up. »

  • Nicolas Pouchain, Normandie Incubation

« Avant de rejoindre une structure d’accompagnement, vérifiez qu’elle ait un intérêt à ce que votre start-up soit pérenne et qu’elle ne vous sélectionne pas pour se mettre en avant elle-même. »

  • Cyril Dupuy, Vaonis

« Si vous choisissez un accompagnateurqui vous finance, vous devez être conscient que vous ne pourrez pas partager ouvertement toutes vos difficultés en raison du biais financier. La relation peut s’avérer moins fluide qu’avec un mentor désintéressé. »

  • Jean Moreau, PHENIX
Dans tous les cas, l’entrepreneur ne doit pas oublier que certains programmes sont complémentaires les uns des autres.Il peut donc bénéficier de plusieur saccompagnements en même temps, tout en veillant à ne pas en avoir trop pour conserver la valeur ajoutée de chacun d’eux.

« Nous avons été accompagnés par plusieurs structures, qui nous ont chacune apporté une offre différente mais complémentaire : une pour l’infrastructure, une pour le financement, une autre pour le mentorat, et d’autres pour le réseau, qui nous ont par exemple ouvert l’accès au monde scientifique et aux laboratoires. »

  • Sandra Rey, Glowee

« Ne multipliez pas excessivement le nombre d’accompagnateurs au risque de ne pas pouvoir bénéficier pleinement de chacun voire de générer de la contre-productivité. »

  • Bénédicte Sanson, Moovjee

« Ne perdez pas trop de temps avec une dizaine d’accompagnateurs, quelques-uns suffisent : un incubateur de votre école au début, un accompagnateur thématique en fonction de votre secteur d’activité (pour la dimension impact social par exemple), un accélérateur pour le scaling, et une structure de mentorat pour l’accompagnement personnalisé et développer son réseau. »

  • Jean Moreau, PHENIX
Le guide de l'accompagnement
Télécharger le PDF